Prendre conscience de la perte d’autonomie

Prendre conscience de la perte d'autonomie

Une personne dépendante a besoin plusieurs fois par jour de l’aide d’une tierce personne pour effectuer des gestes élémentaires de la vie quotidienne (se lever, de déplacer, s’habiller, se nourrir ou se laver). Nous avons à prendre conscience que la perte d’autonomie n’est pas qu’une question de santé, mais aussi d’argent.

Que l’on soit chez soi ou que l’on réside dans un établissement médicalisé (EHPAD, cure médicale…), la dépendance coûte cher[1]. Si la personne concernée ne s’est pas préparée financièrement ou ne dispose pas suffisamment de patrimoine, ce seront à ses proches de la prendre en charge[2].

Cela nécessite de considérer tôt les enjeux de la dépendance. La solidarité nationale est insuffisante. Les possibilités individuelles de couverture sont de plus en plus onéreuses au fur et à mesure que l’on avance en âge et que les soucis de santé apparaissent. Il est difficile d’envisager de se lever un matin en éprouvant l’envie soudaine de souscrire à une assurance dépendance.

Une population qui vieillit

La France se trouve dans un contexte de vieillissement de sa population. En 2040, les plus de 75 ans représenteront plus de 14,6% de la population contre 9,15% actuellement. Près de 25% des baby-boomer auront à souffrir de la Dépendance.

Selon la DREES[3], entre 2015 et 2030, les plus de 60 ans bénéficiaires de l’APA passeront de 1,3 à près de 2,3 millions d’individus. En 2018, l’espérance de vie en bonne santé est une des plus faibles d’Europe[4].

Selon l’INSEE[5], entre 2015 et 2050, le nombre de séniors en perte d’autonomie passerait de 2,5 à près de 4 millions de séniors. Pour maintenir constant le pourcentage de personnes en établissement, il faudrait que le nombre de places en hébergement permanent augmente de 20% d’ici à 2030 et de plus de 50% à horizon 2050.

La perte d’autonomie devient un enjeu social et sociétal de premier plan. Le vieillissement de la population a un impact direct sur le cout de prise en charge de la dépendance.

Vers la création d’une couverture dépendance généralisée

En 2014, près de 30 milliards d’euros ont été consacrés à la dépendance. Les pouvoirs publics participent à hauteur de 80% des dépenses (santé, aides à la perte d’autonomie, hébergement…). Les ménages assurent le reste. Le rapport Libault évalue à 9,2 milliards d’euros le besoin de financement supplémentaire par an en 2030.

Pour faire face à ces dépenses croissantes…

Le gouvernement a ouvert la voie à la création d’une 5e branche à la sécurité sociale. Elle couvrira les risques liés à la perte d’autonomie. Bien que sa mise en place ait été reportée en raison de la crise du Covid 19, l’objectif de cette création sera de mieux financer cette prise en charge. Elle imposera une présentation détaillée des dépenses et des recettes, permettant au Parlement d’en évaluer la progression et d’en débattre.

Un projet de loi a été établi fin 2020. Il prévoit une augmentation du financement de la perte d’autonomie de 2,3 milliards d’euros par an à partir de 2024. Outre l’éventualité d’une réallocation de la Contribution Sociale Généralisée, d’une mise en place d’un deuxième jour de solidarité, …, une assurance privée obligatoire est envisagée.

Une assurance privée obligatoire…

Rattachée aux complémentaires santé, elle renchérirait ces contrats au risque d’accroître la non assurance. Certes, le coût de la dépendance pour les plus âgés s’en trouverait réduit. Cela permettrait de verser une rente mensuelle entre 300 et 500 € pour les plus dépendants. Mais dans la grande majorité des cas, la 5e branche n’apportera rien de plus. Les actifs auront à faire face à une charge supplémentaire.

La couverture dépendance du cheminot et de sa famille

Pour permettre leur de se protéger contre les conséquences financières d’une perte d’autonomie, l’association Prévoyance Fer prévoit un contrat simple. Il assure une rente mensuelle non imposable et cumulable avec l’APA. Elle est versée, que l’assuré soit à son domicile ou réside dans un établissement médicalisé.

L’association a fait le choix de privilégier autant la dépendance partielle que la dépendance totale. Le contrat a aussi été conçu pour être complémentaire aux mesures prévues par la CPR-SNCF et par les Départements. D’une part, cela permet d’assurer des cotisations compétitives et supportables financièrement. Pour accéder au simulateur, il suffit de cliquer sur « j’accède au simulateur ». D’autre part, la garantie Dépendance de Prévoyance Fer conservera ainsi toute son utilité, même suite à la mise en place de la 5e branche de la sécurité sociale.

Pour découvrir plus en détail cette garantie, il suffit de cliquer sur « je veux en savoir plus » ou de composer le 01 53 42 62 20.

Sources

http://archive.francesoir.fr/actualite/sante/dependance-un-francais-sur-deux-sans-solution-101676.html

https://www.argusdelassurance.com/les-assureurs/dependance-a-l-heure-de-la-cinquieme-branche.175014

https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/grand-age-autonomie

https://www.vie-publique.fr/en-bref/268954-rapport-libault-comment-reformer-la-politique-du-grand-age

https://www.insee.fr/fr/statistiques/4196949


[1] En 2019, le reste à charge mensuel moyen après aides et réduction d’impôt est de 1 850 € pour une personne âgée en EHPAD contre 60 € pour une personne âgée vivant à domicile.

[2] Actuellement, près de 30% des personnes dépendantes doivent vendre leurs biens pour faire face au coût mensuel d’un hébergement en maison de retraite. Bien qu’un tiers des Français compte dans son entourage proche une personne dépendante, plus de la moitié d’entre eux ne peuvent ni la prendre en charge, ni en assumer le coût.

[3] Direction de la Recherche, des Etudes et de l’Evaluation des Statistiques.

[4] Près de 3,9 millions de Français aident régulièrement un proche de 60 ans et plus vivant à domicile en raison de son âge ou d’un problème de santé.

[5] Institut National des Statistiques et des Etudes Economiques.

2 thoughts on “Prendre conscience de la perte d’autonomie

  1. Ne pas imposer : Il faut eviter d’imposer une aide a la personne agee. La qualite de l’accompagnement a domicile requiert le consentement et le libre choix de la personne. Amener l’aine a realiser qu’il a besoin d’aide : Il faut discuter avec le proche aide des difficultes qu’ils rencontrent au quotidien pour faire admettre le besoin d’aide a domicile. Il faudra egalement expliquer que la perte d’autonomie n’est pas un echec personnel, mais qu’elle fait partie du cycle naturel de la vie. L’aine doit prendre conscience que toute sa famille est inquiete et souhaite trouver des solutions pour l’aider au mieux, et ainsi permettre un maintien a domicile dans les meilleures conditions.

    1. En effet, perdre son autonomie avec l’âge n’est en aucun cas un échec. C’est juste que le besoin en aides coûte cher. Et si la personne dépendante ne peut pas faire face à ces coûts, ses proches devront les assumer à sa place. cela peut très vite amener les proches dans des situations délicates financièrement. Une assurance dépendance permet d’aider à prendre en charge une aide à domicile, à payer une maison de retraite ou à indemniser un proche aidant…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je m'abonne à la newsletter
Prévoyance Fer

J'ai pris connaissance de la charte de confidentialité quant au recueil et au traitement de mes données personnelles et en accepte les modalités.

Votre adresse mail ne sera utilisée qu'à une fin strictement limitée à l'envoi de la newsletter et ne sera en aucun cas utilisée à un usage commercial